Plumes et Becs
Concert
La flûte de la Renaissance au Baroque

Browne

Henriette Browne. L’oiseau hors de la cage

 Ensemble

Les Buis Sonnants

 Temple d’Arles
samedi 31 mai à 20h 30
12 et 8 euros, gratuit avant 16 an
Contact : 06 16 49 13 57

Le concert est précédé à 18h 30 par un diaporama conférence  sur l’histoire et la fabrication des flûtes à bec par Bruno Reinhard facteur de flûtes. Illustration sonore par l’ensemble « les Buis Sonnants » (1 heure, entrée libre)

Le programmel’EnsembleEntretien avec les membres de l’ensemble

 


Le programme

Pièces de la Renaissance espagnole pour consort de flûtes et clavecin

Joan Brudieu (ca.1520-1591) Ma voluntat
Juan Vasquez (ca.1560) Villancico « Zagaleja de lo verde »

Anonymes

Galiarda La rocha el fuso
Branle
Saltarello  El Fransosin
Pavana El Bisson
Galiarda La traditora

Tarquino Mérula (c.1595-1665) Canzona « La Lusignuola » (4 flûtes)

Jean-Henry d’Anglebert (1628-1691) Sarabande grave (clavecin)

J-B Lully Extraits de la suite instrumentale de l’opéra Armide (4 flûtes et basse continue)

Ouverture, Gavotte, Menuet 1 &2, Marche, Sarabande, Canaries, Passacaille

Antonio Vivaldi (1678-1741) “concerto do mineur op.* Nr 10   (arr. 4 flûtes à bec alto et basse continue)

 


Entretien avec les membres de l’ensemble

Buis sonnants

Sarabande
Votre ensemble est au fond un consort avec clavecin peux-tu situer un peu la pratique du consort de flûte ?

Il est désormais courant d’utiliser Le terme « Consort »,d’origine anglaise, pour désigner une famille d’instruments de type « Renaissance » des plus petits aux plus grands destinés à être joués ensemble comme un chœur vocal. On parlera de consorts de violes de gambe, de doulcianes, ou de flûtes à bec par exemple. Mais on pouvait aussi jouer la musique en « consorts brisés » c’est à dire en mêlant les instruments de plusieurs familles ou comme au sein de notre ensemble en y adjoignant parfois le clavecin.

D’innombrables pièces pour cette formation en consort furent écrites au 16e siècle dans toute l’Europe. Certaines furent même écrites spécifiquement pour des consorts de flûte à bec.

En ce qui nous concerne nous jouons sur des reconstitutions fidèles basées sur des ensembles de flûtes originaux complets notamment ceux de la collection du musée de Vienne en Autriche.

Sarabande
Qu’est-ce qui vous a guidés dans la composition du programme que vous nous proposez pour ce concert ?

Nous sommes un ensemble au caractère bien particulier (4 flûtes et un clavecin) ce qui entraîne un choix pointu de pièces qui peuvent mettre en valeur cette spécificité.

Ensuite nous avons à cœur de faire découvrir l’instrument flûte à bec et ses vastes possibilités encore souvent méconnues. Le clavecin nous permet d’ouvrir largement le répertoire notamment vers le 17e siècle et la période baroque.

Le programme que nous vous proposerons le 31 mai est plein de l’envie de vous faire découvrir la séduction des sonorités de notre ensemble sous ses aspects les plus variés.

Sarabande
Dans le vaste répertoire de la Renaissance, qu’est qui vous a attirés vers l’Espagne ?

Nous essayons lors du choix de nos programmes de suivre un fil conducteur qui peut être thématique, stylistique ou autre. Nous avons, par le passé, proposé d’autres programmes autour de musiques anglaises, italiennes ou allemandes. Ces pièces espagnoles pour la plupart anonymes font particulièrement bien sonner les flûtes. Nous avons joué ces pièces dans nos programmes de l’an dernier et leur naturelle séduction nous a donné envie de vous les proposer.

Le flûtiste à bec est un gymnaste de l’esprit…

Sarabande
Vous jouez différents types de flûtes pendant le concert, le passage des unes aux autres pose-t-il des problèmes particuliers à l’instrumentiste ?

Je ne dirais pas que c’est chose facile mais cela fait partie du bagage du flûtiste à bec. Merci d’ailleurs de nous donner l’occasion de toucher du doigt cet aspect de notre travail. Nous pouvons utiliser des instruments de toute tailles et nous adapter rapidement à des écarts de doigts différents. Suivant le type de flûtes (Moyen-âge, Renaissance, 17e ou période baroque) nous adoptons différents doigtés pour les mêmes notes, nous utilisons des diapasons et tempéraments d’accord différents, nous lisons dans plusieurs clés et utilisons des flûtes aussi bien en do, fa, sol, ré…Nous soufflons de façon différente suivant les instruments que ce soit à cause de la taille ou du caractère. Bref le flûtiste à bec est un gymnaste de l’esprit…


L’Ensemble

Buis Sonnants

C’est en 2008 que commence l’aventure de l’ensemble Les Buis Sonnants. Cet ensemble doit sa création à la volonté partagée par quatre flûtistes, sous l’impulsion de Sabine Weill, d’approfondir le répertoire de consort Renaissance lors de stages mensuels de musique ancienne au Conservatoire d’Aix-en-Provence.
Petit à petit, l’ensemble mûrit et élargit son répertoire pour proposer un aperçu du large patrimoine laissé à la flûte à bec à travers les époques renaissance, pré-baroque, baroque et contemporaine.

Béatrice BOURDIN
Après une première vie musicale avec l’enseignement de la flûte traversière et les interventions en milieu scolaire, Béatrice Bourdin découvre la flûte à bec tard mais avec bonheur !

Durant ses études, elle travaille aux Conservatoires de Manosque-Digne et Marseille, auprès de Christine Thibaud, Virginie Kaeppelin et Hugo Reyne. Elle obtient un diplôme d’études musicales en 2006.

Titulaire du Diplôme d’Etat depuis 2008, elle enseigne à l’école intercommunale de musique du Pays d’Apt. Elle y joue aussi en trio, flûte, violon et clavecin.

Depuis 2008, elle travaille en formation de consort de flûtes renaissance et baroque auprès de Sabine Weill lors des stages de musique ancienne du Conservatoire d’Aix en Provence. Ce travail est à l’origine de la création de l’ensemble Les Buis Sonnants.

Célia VAKANAS
Titulaire en 1997 d’une médaille d’or de flûte à bec au Conservatoire d’Aix-en-Provence (classe de Sabine Weill) et depuis 1999 du Diplôme d’Etat, Célia Vakanas enseigne actuellement au Conservatoire de musique d’Ouest-Provence (Istres, Miramas, Fos-sur-Mer, Cornillon, Port Saint-Louis, Grans).
Elle se perfectionne lors de nombreux stages auprès de Pierre Hamon, Jean-Pierre Nicolas, Marie-Claire Bert, Claire Michon, Hugo Reyne. Elle est appelée à jouer au sein de différentes formations : en quintette de flûtes à bec, avec l’ensemble Clarinte (voix, flûtes à bec, clavecin, viole de gambe), avec des chorales comme Les Festes d’Orphée dirigée par Guy Laurent, Les Offrandes Musicales dirigée par Jérôme Cottenceau, Cant’Albion dirigée par René Parein, Le Chœur Régional de Provence sous la direction de Vincent Recolin.

Depuis 2008, elle participe aux stages de musique ancienne organisés par le Département de Musique Ancienne du Conservatoire d’Aix-en-Provence et se perfectionne dans le répertoire renaissance auprès de Sabine Weill. Ce travail a donné naissance à l’ensemble Les Buis sonnants dont Célia Vakanas est membre fondatrice.
Son attrait pour le basson, l’amène à travailler cet instrument aussi bien dans sa version baroque que classique auprès de Frédéric Barron et de Marc Duvernois.

Marion DÉNEUX
Marion Déneux commence l’apprentissage de la flûte à bec à l’âge de sept ans. A quatorze ans, elle entre au Conservatoire d’Aix-en-Provence dans la classe de Sabine Weill. Elle suit un enseignement complet au sein du Département de Musique Ancienne tout en poursuivant des études de droit à la faculté de cette même ville. Elle obtient en 1998 une médaille d’or de flûte à bec.
Elle oriente sa vie professionnelle dans un tout autre domaine que la musique mais garde avec sa passion un lien toujours vivant.

Elle participe notamment à de nombreux stages et se perfectionne auprès de Catherine Duval, Pierre Hamon, Hugo Reyne, Christophe Mazeaud, Jean-Pierre Nicolas. Elle est aussi amenée à jouer en concert avec des formations telles que L’ensemble Clarinte, Les Offrandes Musicales, Les Festes d’Orphée, Ad Fontes, Le Chœur Régional de Provence

Depuis deux ans, Marion Déneux travaille également le chant auprès de Pierre Guiral et de Beatrix Tarquini au Conservatoire d’Avignon.

Margaret LAKEY REINHARD,
D’origine Américaine, Margaret Lakey Reinhard se forme durant son enfance et adolescence au jeu de l’orgue et du piano avant d’intégrer l’université pour une formation musicale complète (instrumentale et musicologique) sur six ans.

A l’issue de ce cursus elle obtient un Master of Music et décide de s’installer en Europe pour y parfaire sa formation auprès d’organistes réputés (L.F.Tagliavini, G.Bovet, M.Torrent, M.C Alain). A la faveur d’un remplacement elle s’installe définitivement dans le Vaucluse.
Durant plusieurs années co-titulaire de l’orgue du temple à Avignon, elle enseigne par ailleurs le piano.

Depuis aussi bien aux USA qu’en Europe, elle s’est produite en solo comme au sein de différentes formations. Avec l’ensemble « Résonances » elle joue le clavecin qu’elle aborde en autodidacte et perfectionne lors de stages auprès de Michèle de Vérité, Catherine Latzarus…..

Elle poursuit aujourd’hui son activité d’enseignante et se produit au clavecin notamment au sein de l’ensemble « Les Buis Sonnants »

Bruno REINHARD
Après un parcours non conventionnel dans l’étude du jeu des flûtes à bec et traversières ainsi que du piano, Bruno Reinhard décide le Bac en poche de se former plus complètement au sein de la Faculté de Musicologie de Strasbourg. Il suit en outre le cursus en musique ancienne proposé par l’université en perfectionnant son jeu de la flûte à bec auprès de Sabine Weill.

Parallèlement tout en enseignant dans plusieurs écoles de musique Strasbourgeoises il aborde en autodidacte la facture des flûtes à bec.  A la fin de ses études il emménage en Vaucluse et partage son temps entre ses activités de facteur, d’enseignant et de concertiste.
En 1989 il obtient le diplôme d’Etat de professeur de musique ancienne.

Musicien au sein des ensembles « Le Tourdion » et « La Saltarelle » (Alsace) ainsi que « Résonances » (Vaucluse), il fait aujourd’hui partie intégrante de l’ensemble « Les Buis Sonnants »

Dans le cadre du conservatoire d’Aix en Provence, il aborde le jeu du hautbois baroque avec Héloïse Gaillard.