Étiquettes

, ,

Principes de l’accompagnement du clavecin, par Jean-François Dandrieu, Paris, 1718

dandrieu

Voici, sur le le site de l’IMSLP, une méthode pratique pour l’apprentissage de la basse chiffrée. Elle traite des accords « ordinaires, dissonnants et extraordinaires ».

Ce qui surprend dans ce traité, c’est l’extrême économie et, cela va ensemble, la sûreté des moyens qui y sont déployés ; Dandrieu, en ce sens, est un grand pédagogue : {…} on a toujours compris qu’il y avait des moyens plus sûrs et plus courts les uns que les autres pour arriver aux connaissances humaines {…}, {…} malgré la bone intention de ceux qui se sont apliquez à ces sortes d’ouvrages, ils n’ont pas absolument atteint le but qu’ils s’étaient proposé… »Rien de digressif, ni même de théorique, dans ce traité,  (« Je n’entre dans aucun détail sur la Musique »), mais une invitation à la pratique, la méthode est d’ailleurs strictement instrumentale, organisée suivant « l’ordre le plus naturel et le plus propre à doner une idée nète et précise de cette science… ». Les difficultés sont analysées et séparées, « de crainte que la multiplicité des objets ne détourne l’attention de la fin principale, qui est la pratique des acords… ». Il s’agit donc d’un discours de la méthode pour bien conduire sa main sur le clavier.

Attention, magré toute le confiance qu’il nous inspire, ne croyez pas tout ce que dit l’auteur !… La page de titre porte en effet cette mention : « Principes… exposez dans des tables dont la simplicté et l’arangement peuvent, avec une médiocre attention, faire conoître les règles les plus sûres et les plus nécessaires pour parvenir à la téorie et à la pratique de cette science »… Si tel est votre but, une attention médiocre est loin d’y suffire et , croyez-en mon expérience personnelle, il ne suffit pas de télécharger le traité de Dandrieu pour commencer à progresser !

Enfin, il est dommage que les Brunettes qu’avaient jointes à son traité Dandrieu : « pour ne rien ometre de ce qui peut rendre cet ouvrage non seulement utile, mais même agréable, j’ai choisi entre les Petits Airs connus sous le nom de Brunètes, ceux qui m’ont paru les plus naturels et les plus gracieux… »

Je vous propose donc ici un nourrissant sandwich au jambon, mais auquel manque le jambon.

Philippe Souchu

Garniture : Pour que le pain ne reste pas trop sec, les Brunettes sont maintenant téléchargeables